Balade Photo à Ouakam Mars

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dakar est un fabuleux terrain de jeux pour les amateurs de photographie (les couleurs, la beauté des visages,…) tout est réuni. Mais c’est aussi un environnement urbain assez difficile d’accès, contrairement au reste du Sénégal ou les enfants par exemple adorent poser. Les photos sont souvent refusées par la population, quand le photographe n’est pas carrément insulté ou ne reçoit pas quelques cailloux pour avoir osé faire un cliché ! Or, on voudrait bien aussi capturer les scènes de vie, l’effervescence des rues de cette ville grouillante, et pas uniquement nos vacances ou weekend dans le Siné Saloum !

Seul, on n’ose pas forcément s’aventurer, à tort, l’appareil photo en bandoulière, dans les quartiers dakarois, surtout dans les plus populaires pourtant les plus intéressants. Etant plusieurs à partager cette crainte et à la fois cette même envie de shooter, Rexpos Dakar, a mis en place des balades photographiques d’une journée, en compagnie de Mamadou Touré Behan, photographe professionnel. A chaque parcours, le lieu de prises de vue change.

J’ai donc testé, mardi 13 mars, la balade photographique dans le quartier de Ouakam. Nous sommes une dizaine de femmes, rassemblées devant le Lycée Jean Mermoz ce matin là. Des expats en majorité, une touriste, deux freelances, françaises pour la plupart, anglo-saxonnes pour les autres. L’ambiance est chaleureuse et décontractée, tout le monde se parle, c’est très sympathique. La journée débute par un petit débriefing du photographe et, armées de nos objectifs, nous partons à la conquête du quartier ! Durant toute la balade, qui dure 2 heures au total, nous déambulons, en petit groupe ou en solitaire suivant les envies et les inspirations personnelles. Un parcours est tout de même à respecter mais globalement, on est assez libre, reste à ne pas trop s’éloigner du groupe ! Pendant cette exploration, on peut compter sur l’aide de Behan pour toute question technique ou plus artistique ou même pour briser la glace avec les habitants du quartier. Se sachant accompagnée par des locaux (Behan et un de ses stagiaires) et par d’autres camarades exploratrices, on est tout de suite beaucoup plus en confiance pour oser. Alors bien sûr, les refus restent nombreux. Mais même si on rate parfois de belles scènes, on persiste et on en capture d’autres. On accumule les clichés, on développe son œil artistique, on pratique donc on en apprend plus sur la photographie. La sortie est aussi l’occasion de découvrir un quartier, d’être plus en prise avec les locaux, de voir les activités quotidiennes des Sénégalais,…d’en savoir plus sur le pays en général. Notre petite colonie de toubabs ne passe pas inaperçue !

Après cette déambulation photographique, direction la villa 126, une superbe maison d’hôtes située à Ngor pour le déjeuner et un après-midi débriefing avec projection des photos réalisées. Le déjeuner est un chouette moment d’échanges qui permet à toutes de faire des rencontres, d’en savoir plus sur la vie à Dakar et pourquoi pas de nouer des contacts pro. Une fois le repas terminé, les images sont ensuite analysées en groupe sous le regard pro de Behan. Chacun donne son avis sur les points à améliorer, sur son ressenti,… Cette partie, plus technique, est moins agréable que la balade mais indispensable pour améliorer ses prises de vue et acquérir des automatismes pour que les clichés soient plus jolis. Là encore comme pour la balade, plus le groupe est restreint, mieux s’est : chaque participante choisissant 5 photos à visionner, on passe pas mal de temps au final à débriefer ! La partie que j’ai moins aimée, même si instructive, mais trop longue.

Publicités